A la Villette Wang/Ramirez en suspension

photo Denis Kooné Kuhnert

photo Denis Kooné Kuhnert

Le duo Honji Wang et Sébastien Ramirez investit La Grande Halle avec Everyness. De belles envolées mais un spectacle en dessous des attentes.

On ne peut que se réjouir du succès fulgurant de cette paire d’as Honji Wang et Sébastien Ramirez : leur danse emprunte l’énergie du hip hop et la fluidité du contemporain. Ouverts sur le monde, celui de la pop culture comme du classique, ils s’affranchissent des codes. Chaque pièce surprend -en général pour le meilleur. Le succès de Borderline se comprend mieux avec trois passages parisiens. Everyness création de saison permet de faire le point sur les envies de Wang/Ramirez.

Première surprise, Sébastien n’est pas sur scène. On le regrette un peu. Ce danseur doublé d’un chorégraphe dégage une force à part. Mais Honji Wang est bien là qui semble à elle seule capable d’occuper la vaste scène de la Grande Halle de la Villette. Si l’équipe de danseurs réunis autour d’elle ne démérite jamais on a souvent du mal à ne pas la dévorer du regard -elle et rien qu’elle. Il y a toujours chez Wang cette allure de battante ne s’en laissant pas compter et semblant mener la troupe avec fougue. Sa gestuelle est précise qui dessine dans l’espace de la salle des figures ciselées. Elle incarne bien un des thèmes de la chorégraphie : les relations amoureuses, le désir de l’autre mais tout autant la fuite en avant. Et lorsque elle paraît porter le monde sur ses épaules -en fait une sphère blanche gonflée comme une voile imaginée par Constance Guisset- Honji Wang est souveraine. Le problème c’est que le tout manque parfois de souffle avec des passages comme suspendus.

La belle idée de départ avec une séquence d’envol donnant à voir une danse comme délivrée de l’apesanteur est fugitive. Philippe Decouflé en son temps avait également donné dans l’envol chorégraphique. On en garde un souvenir émerveillé. Il faut alors, avec Everyness, faire avec cette évidence : des idées moins abouties, des scènes étirées. Il manque peu de chose à cet opus pour qu’il décolle vraiment. Cela a peut-être à voir avec l’absence de Sébastien Ramirez. Mais cela ne devrait pas entraver la marche en avant du tandem – juste la ralentir un peu.

Philippe Noisette – www.sceneweb.fr

Wang Ramirez
EVERYNESS
Direction artistique et chorégraphie : Wang Ramirez
Avec : Christine Joy Alpuerto Ritter ou Johanna Faye, Salomon Baneck-Asaro, Alexis Fernandez Ferrera alias Maca, Sébastien Ramirez ou Thierno Thioune, Honji Wang.
Musique originale : Schallbauer
Création lumière et direction technique : Cyril Mulon
Dramaturgie : Roberto Fratini
Scénographie : Constance Guisset
Gréage : Kai Gaedtke
Régie son : Clément Aubry
Réalisation costumes : Linda Ehrl
Assistant lumière : Guillaume Giraudo
Direction de production : Dirk Korell
Attachée de production : Manon Martin
Diffusion : Dirk Korell / Manon Martin booking@wangramirez.com
Communication : Claudia Tanus
Administration de production | France : Corinne Aden
Administration de production | Allemagne : Sabine Seifert
Production déléguée : Compagnie Wang Ramirez, Clash66
Coproduction
Théâtre de l’Archipel, scène nationale de Perpignan (dans le cadre d’une résidence de création)
Théâtre de la Ville / La Villette, Paris
Mercat de les Flors, Barcelone
Tanz im August / HAU Hebbel am Ufer, Berlin
Steps, Festival de Danse du Pour-cent culturel Migros, Suisse
Soutiens
Hauptstadtkulturfonds, Senat Berlin
Région Languedoc-Roussillon
Direction régionale des affaires culturelles Occitanie
Conseil départemental des Pyrénées Orientales
Fondation BNP Paribas
fabrik Potsdam dans le cadre du programme « Artists in residence »
Remerciements
Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig.
La Compagnie Wang Ramirez – Clash66 est conventionnée par la Direction régionale des affaires culturelles Occitanie, ainsi que par le Conseil régional Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et reçoit une aide à la compagnie du Conseil départemental des Pyrénées Orientales.
La Compagnie bénéficie du soutien de la Fondation BNP Paribas pour le développement de ses projets.
Sébastien Ramirez & Honji Wang sont artistes associés au Théâtre de l’Archipel, scène nationale de Perpignan pour les saisons 2014/15, 2015/16 et 2016/17.
Durée: 1h15 21

La Villette
Avec le Théâtre de la Ville
Du 19 au 22 avril 2017
Borderline les 9 et 10 juin Manège de Reims

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *