Josiane Balasko : « Ce texte de Simone de Beauvoir est un ovni ! »

photo de Pascal Victor/ArtComArt

photo de Pascal Victor/ArtComArt

Allongée sur un sofa orange, Josiane Balasko raconte la nuit blanche d’une femme meurtrie, isolée et rejetée par sa famille dans l’un des pires moments de l’année: la nuit de la Saint-Sylvestre. Lors de cette nuit sombre, elle passe en revue sa vie -souvent douloureuse- de mère et d’épouse. Dans un langage très cru et audacieux ce texte de Simone de Beauvoir colle à la peau de la comédienne. Elle va sillonner les routes pendant de longs mois avec cette Femme Rompue dans une mise en scène de Hélène Fillières. Les lumières soignées d’Eric Soyer et la musique tendue de Mako ajoutent de la tension à ce spectacle sur le fil où Josiane Balasko joue constamment dans la position allongée. Rencontre à l’issue de l’une des représentations au Théâtre des Bouffes du Nord.

Êtes-vous une grande lectrice de Simone de Beauvoir ?

Et non cela m’a toujours apparu rebutant. J’ai arrêté mes études au niveau du Brevet et je n’ai rien lu d’elle dans ma jeunesse. Je savais qui elle était et j’avais beaucoup de respect pour cette grande féministe qui a fait avancer la cause des femmes mais je ne connaissais pas ses écrits. Maintenant je commence à me plonger dans son œuvre.

Quel a été votre première réaction en lisant le texte ?

J’ai été surprise car c’est un ovni dans son écriture. Les spectateurs qui ne connaissent pas le texte sont stupéfaits et nous demandent si on ne l’a pas modifié. On n’a rien rajouté, aucun mot. On a juste fait quelques coupes. Tout ce que je dis, c’est la pensée de Simone de Beauvoir. C’est très grossier, très cru.

C’est une femme seule, un soir de Réveillon du 31 décembre, la solitude l’empêche de s’endormir

Les nuits blanches sont terribles, surtout celle-là alors que beaucoup de monde fait la fête. Cela doit être très déprimant. Elle a toutes les raisons de se morfondre parce que on l’a sent bannie du clan familial. Elle est rejetée parce qu’elle n’a pas réussi à être ni une mère exemplaire, ni une épouse exemplaire. Le texte est un puzzle. Elle donne peu à peu des indications. Les personnages se dessinent au fil de l’histoire. L’univers se reconstitue. Et l’on comprend pourquoi en ce soir de fête elle est exclue. Sa fille s’est suicidée et on lui reproche d’en être la cause. Elle vit avec cette culpabilité. Elle est dans le déni permanent. Elle se ment à elle-même.

Cette femme parle aussi beaucoup de sexe

Oui cela revient tout le temps. Elle imagine sa mère faisant l’amour avec son ex mari, elle imagine les voisins du dessus dans une orgie, et puis à la ligne suivante elle affirme ne jamais penser à ces choses-là. Elle se persuade de son innocence.

Et vous jouez dans une position particulière, le plus souvent couchée

Ce n’est pas facile. Il faut trouver son centre de gravité car on a l’habitude de jouer debout. J’arrive sur scène et très vite je m’allonge. Et je ne quitte plus ce sofa qui n’est pas un lit,ce pourrait être un sofa de psychanalyste. Je suis clouée dans cette position pour cette nuit blanche qui est une nuit noire pour cette femme.

Propos recueillis par Stéphane Capron – www.sceneweb.fr

La femme rompue
De Simone de Beauvoir
Mise en scène Hélène Fillières
Avec Josiane Balasko
Lumières
Éric Soyer
Costumes
Laurence Struz
Décor
Jérémy Streliski
Son
Mako
Assistante à la mise en scène
Sandra Choquet

L’avant Scène de Colombes
vendredi 4 nov. 2016 – 20h30
Théâtre des Bouffes du Nord
Du 7 au 31 décembre 2016
du mardi au vendredi à 19h
Le samedi 31 décembre à 19h
6 janvier 2017
Théâtre du Grand Forum – Scène
Nationale Evreux Louviers, Louviers
10 janvier 2017
Théâtre Forum Meyrin, Genève, Suisse
13 et 14 janvier 2017
Palais des Beaux-Arts de Charleroi,
Belgique
17 janvier 2017
Quai des Arts, Argentan
18 janvier 2017
Le Carré, Château-Gontier
19 janvier 2017
Théâtre Charles Dullin, Grand-Quevilly
20 janvier 2017
Le Rayon vert, Saint-Valéry-en-Caux
27 et 28 janvier 2017
Théâtre de Grasse
29 janvier 2017
Théâtre d’Arles
30 janvier 2017
Théâtre Jacques Coeur, Lattes
3 et 4 février 2017
Le Parvis – Scène Nationale Tarbes
Pyrénées
7 février 2017
Espace Jean Legendre, Compiègne
8 février 2017
La Faïencerie, Creil
9 février 2017
Théâtre d’Auxerre
11 février 2017
L’Ermitage Compostelle, Le Bouscat
12 février 2017
Théâtre Olympia, Arcachon
14 février 2017
Le CREA, Saint-Georges-de-Didonne
15 et 16 février 2017
Le Moulin du Roc, Niort
22 et 23 février 2017
Théâtre Montansier, Versailles
1er au 4 mars 2017
Comédie de Picardie, Amiens
6 et 7 mars 2017
Théâtre Edwige Feuillère, Vesoul
8 mars 2017
Le Théâtre Scène nationale, Mâcon
16 au 19 mars 2017
Châteauvallon – Scène nationale
21 mars 2017
Théâtre de Bastia
22 mars 2017
Espace Diamant, Ajaccio
24 et 25 mars 2017
Théâtre d’Angoulême
28 mars au 1er avril 2017
Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon
2 avril 2017
Animatis, Issoire

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *