La nouvelle création de la Cie Arcosm déprogrammée au Toboggan de Décines

subliminal-deprogramme

Deux mauvaises nouvelles alarmantes à deux jours d’intervalle. Hier c’est la Cie du Théâtre Alibi de Bastia qui a été contrainte d’annuler deux représentations du Chagrin des Ogres de Fabrice Murgia, faute d’argent. Aujourd’hui, la compagnie Arcosm implantée à Lyon annonce que le Théâtre Toboggan de Décines annule la représentation de Subliminal prévue le 27 avril 2017.

Dans son courrier recommandé, Denis Djorkaeff, Président du Toboggan et Adjoint à la Mairie en charge de la Culture et des Sports met en avant des raisons budgétaires et le faible taux de remplissage de la représentation. Et ce n’est pas le seul spectacle. 7 spectacles de 5 compagnies programmés au Toboggan jusqu’à la fin de la saison sont rayées du calendrier

18/03 – Le Pas de Bème । Cie Théâtre Déplié – Adrien Béal । THÉÂTRE
18/03 – Charly Chanteur । Cie Les Indiens – Charly Marty । CONCERT
18/03 – Charlie La Nuit – To Lose – There are only actresses । Collectif Tribu – Nicolas Boualami , Yaël Tama । THÉÂTRE
[5 spectacles proposés dans le cadre de « Décines-moi la nuit » consacré à la jeune création]
28/03 – Never Mind The Future । Sarah Murcia et le groupe Caroline । CONCERT
27/04 – Subliminal । Cie Arcosm – Thomas Guerry । DANSE-MUSIQUE

Dans un communiqué Thomas Guerry, directeur artistique d’Arcosm s’interroge : « Si c’est la question d’une programmation jugée trop « élitiste » ou confidentielle qui est posée, pourquoi n’avons-nous pas été invités à en débattre ? Les artistes sont de plus en plus sollicités par les structures culturelles pour créer l’événement et nouer des liens avec les publics en dehors des spectacles (cartes blanches, présentations hors-les-murs, rencontres, ateliers pédagogiques…). Preuve en est que les dialogues sont possibles, et les réponses riches, multiples. On ne nous a pas donné la possibilité de réagir. Cette absence de dialogue résonne comme un manque de considération de notre implication auprès des publics, pour qui nous nous mettons en scène. Aussi, rien d’étonnant que des sièges restent inoccupés, si les publics pourtant curieux ne sont pas informés, ni sollicités par les équipes de communication et de médiation. »

Comme à Bastia, ce qui se passe à Décines fragilise les équipes artistiques. Ces suppressions s’ajoutent à la déprogrammation la semaine dernière de Métamorphoses d’Aurélie Van den Daele au Théâtre Montansier à Versailles, remplacée par une autre adaptation des textes d’Ovide. Coupes budgétaires, reprise en main de la programmation par les élus et des directeurs de théâtre qui ne tiennent pas leur parole. Cela ne sent pas bon à trois semaines du première tour de l’élection présidentielle alors que le culture est reléguée aux oubliettes dans les débats des candidats.

Stéphane CAPRON – www.sceneweb.fr avec communiqués

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *