Julie Brochen retrouve le chemin des planches

photo Franck Beloncle

Julie Brochen revient sur le devant de la scène en adaptant Molly Sweeney de l’irlandais Brian Friel. Un spectacle pour un quatuor piano-voix tout en finesse.

Julie Brochen a mis entre parenthèses son métier de comédienne pendant ses années de directrice du Théâtre National de Strasbourg (2008-2014). Elle retrouve le chemin des planches en incarnant Molly Sweeney, aveugle dès l’âge de dix mois qui retrouve la vue à quarante ans grâce à une opération, avant de sombrer dans la folie, découvrant le monde des voyants.

Brian Friel, décédé en octobre 2015, est considéré comme le plus grand dramaturge irlandais de la seconde moitié du 20e siècle. Molly Sweeney a été un succès en 2005 au Théâtre de la Gaîté-Montparnasse dans une mise en scène de Laurent Terzieff avec Caroline Silhol et Fabrice Luchini. Son autre pièce très connue en France est Danser à Lughnasa qui a été mise en scène par Irina Brook puis récemment par Didier Long au Théâtre de l’Atelier.

Pour cette adaptation Julie Brochen a réuni sur le plateau un quatuor piano-voix. Le ténor Olivier Dumait, le baryton Ronan Nédélec et le pianiste Nikola Takov l’entourent, pour un voyage musical dans la pensée de Molly Sweeney où l’on croise les œuvres de Britten et Beethoven.

Les trois voix s’entremêlent dans une construction de jeu astucieuse. Les monologues des personnages (le docteur Rice, Moly et son mari Franck) s’emboitent dans un rythme effréné. Les phrases se chevauchent comme en surimpression. Julie Brochen est très convaincante, elle incarne à la fois la douceur et la force du caractère de cette femme au parcours extraordinaire. Molly a peur de voir disparaître l’ancien monde qui était le sien, pour se retrouver dans celui des voyants. Une sorte de saut dans l’inconnu. Ce qui n’est pas le cas de Julie Brochen qui retrouve avec bonheur le plaisir de jouer de nouveau sur une scène de théâtre.

Stéphane CAPRON – www.sceneweb.fr

Molly Sweeney d’après Brian Friel
Avec
Julie BROCHEN comédienne
Olivier DUMAIT tenor
Ronan NEDELEC baryton
Nikola TAKOV piano
Sleep – Cradle Song / Britten
It was a lover, R. Vaughan Williams
What shall I do/ Beethoven
Oft in the stilly night / Thomas Moore
The pulse of an irish man / Beethoven
Salley Gardens au piano
Sleep / Ivor Gurney
In dreams / R. Vaughan Williams
The Salley Gardens / Britten
Durée: 50 minutes

Avignon Off 2017
Le Petit Louvre
14h30
Salle Van Gogh
Du 7 au 30 juillet – Relâche les 11, 18, 24, 25 et 26 juillet 2017

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *