une heros photo D. Matvejevasmin

Krystian Lupa élève Bernhard au sommet

photo D.Matvejevas

photo D.Matvejevas

Krystian Lupa est un habitué de l’œuvre de Thomas Bernhard, lors de l’édition 2015 du Festival d’Avignon, il avait présenté une adaptation des « Arbres à abattre » d’un roman du même auteur. Il revient cette année avec « Place des Héros ». Une œuvre tardive dans laquelle Bernhard met tout son cynisme pour dépeindre sa totale désillusion du monde. Après Avignon la pièce est présentée au Théâtre National de la Colline.

Dans une scène aux murs de bétons, parfois ornées de vidéos de vues extérieures, quelques meubles et des cartons indiquent que l’appartement est sur le point d’être quitté. Dans ce décor, trois austères tableaux racontent trois étapes d’une journée tragique. Le professeur Schuster s’est suicidé la veille, quelques jours avant son départ pour Oxford. On comprend, à travers le portrait qu’en dresse son entourage, qu’il n’a pas supporté l’état du monde, ce monde qu’il voyait évoluer depuis la Place des Héros à Vienne, celle-là même où Hitler avait prononcé le discours de l’Anschluss. Bien obligé de constater que la violence, la cruauté et l’antisémitisme n’ont pas disparu avec le nazisme, bien au contraire, il a décidé de mettre fin à ses jours.

Il ne faut pas avoir peur de l’admettre, Lupa fabrique un théâtre difficile et la « Place des Héros » n’y fait pas exception. Mais si l’on accepte de se laisser prendre dans le temps extrêmement lent – sans être long –, cela apparaît comme une nécessité : penser, cela prend du temps.

Que ce soit entre les servantes, entre les filles du défunt et leur oncle ou encore en attendant de se mettre à table pour le dîner, on assiste à une déconstruction minutieuse de toute forme de lutte, d’espoir, de volonté de vivre. La hantise d’un retour à l’horreur, le fait qu’un homme seul ne peut rien, la tension est palpable dans le jeu de chacun des comédiens. Profondément sombre, lancinant et d’une violence sans heurts, voilà comment Krystian Lupa montre Thomas Bernhard, lui donnant ainsi une puissance inouïe.

Hadrien VOLLE – www.sceneweb.fr

Place des Héros de Thomas Bernhard
Mise en scène, scénographie et lumières Krystian Lupa
Adaptation Rūta Jonynaitė
Costumes Piotr Skiba
Collaboration artistique, vidéo Łukasz Twarkowski
Musique Bogumił Misala
Assistanat à la mise en scène Giedrė Kriaučionytė, Adam A.Zdunczyk
Avec Povilas Budrys, Neringa Bulotaitė, Eglė Gabrėnaitė, Doloresa Kazragytė, Viktorija Kuodytė, Valentinas Masalskis, Eglė Mikulionytė, Vytautas Rumšas, Arūnas Sakalauskas, Rasa Samuolytė, Toma Vaškevičiūtė
Production Lithuanian National Drama Theater
Coproduction Festival international de théâtre La Divine Comédie (Cracovie)
Avec le soutien du Ministère de la Culture de Lituanie, du Conseil culturel lituanien, de l’Institut polonais de Vilnius

Spectacle en lituanien surtitré en français.
Durée : 4h20 entractes compris

Avignon 2016
L’Autre Scène du Grand Avignon – Vedène
Du 18 au 24 juillet sauf le 21

Théâtre de la Colline (Paris)
Du 9 au 15 décembre 2016

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *