Gabriel Garran, fondateur du Théâtre de la Commune à Aubervilliers reçoit la médaille d’honneur de la SACD

Au lendemain du décès de Jack Ralite, l’ancien ministre et Maire d’Aubervilliers, Gabriel Garran, premier directeur du Théâtre de la Commune à Aubervilliers reçoit la médaille d’honneur de la SACD.

Cette distinction créée par le conseil d’administration de la SACD est destinée à saluer le talent et l’ensemble de l’oeuvre d’un auteur. Né en 1927 dans une famille d’immigrés juifs polonais, Gabriel Garran fait son entrée au théâtre en animant le groupe Espoir où il dirige les répétitions. Il s’inscrit à l’école du Vieux Colombier de Tania Balachova où très vite il met en espace des lectures spectacles. Gabriel Garran fonde sa première compagnie « Théâtre contemporain », et s’installe d’abord au Théâtre du Tertre avec On ne meurt pas à Corinthe de Robert Merle et Vassa Geleznova de Maxime Gorki. Dans les années 60, il rencontre les cinéastes Claude Berri, Maurice Pialat et Jacques Rozier qu’il assiste sur son film Adieu Philippine (1964) et fait une rencontre décisive, le maire-adjoint d’Aubervilliers de l’époque : Jack Ralite. Gabriel Garran rédige un avant-projet d’implantation d’un « Théâtre Populaire aux portes de Paris ». De 1961 à 1964, il s’implante à Aubervilliers, fonde le théâtre-école Firmin Gémier et y organise un festival annuel au gymnase Guy Moquet. En 1965 naît le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, premier théâtre permanent créé en banlieue, qui sera promu Centre Dramatique National dix ans plus tard. Son répertoire se distingue par sa radicalité contemporaine. L’ouverture à un cinéma d’auteur sera parallèle à cette démarche. Il fonde en 1985 le TILF, Théâtre International de Langue Française et lui donne pour mission de créer un répertoire reflétant la diversité des trajectoires de la langue française à travers le monde. Grâce à sa démarche, des auteurs d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et du Québec seront ainsi révélés au public français et connaîtront ainsi une nouvelle notoriété. Après avoir été accueilli en divers lieux (Centre Pompidou, Chaillot, Festival d’Avignon, Bouffes du Nord, MC 93…) le TILF prend en 1993 définitivement ses quartiers au Parc de la Villette. En 2005, Gabriel Garran se lance un nouveau défi, celui du Parloir Contemporain avec pour axe continu la recherche contemporaine, francophone et féminine et pour objectif le point de rencontre entre littérature, théâtre et poésie. De la mise en scène à la poésie, le parcours de Gabriel Garran voué à la transmission des oeuvres à tous les publics fait de lui l’un des plus fervents pionniers de la décentralisation théâtrale.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *