Le théâtre privé lance un appel au secours à l’Etat par la voix de son président Bernard Murat

On ne diffuse pas assez les spectacles en France. Je souhaiterais que la ministre de la Culture en fasse une priorité“. Cette phrase prononcée par Bernard Murat, président du Syndicat national du Théâtre privé lors de la traditionnelle conférence de presse de rentrée de tous les théâtres privés à Paris relance la polémique qui a débuté cet été au Festival d’Avignon sur les relations entre le secteur public et le secteur privé. Le théâtre privé qui souffre d’une baisse de ses recettes réclame un meilleur accès aux théâtres publics. “Cela devrait être une priorité du ministère de la Culture” déclare sans sourciller Bernard Murat.

Cet été à Avignon, lors de la rencontre annuelle des directrices et directeurs de CDN avec la DGCA, le rapport Bonnel sur le fonctionnement du fonds de soutien du théâtre privé a fait couler beaucoup d’encre. Il prévoit entre autres que de l’argent soit prélevé sur la billetterie du secteur public pour abonder le fonds de soutien. Bernard Murat souhaite désormais que “la création privée “inonde les scènes nationales” rappelant dans “Dans leurs statuts, les scènes nationales doivent accueillir la diversité. Le théâtre privé n’y a accès qu’à hauteur de 20%.”

Le théâtre privé a enregistré “une très légère augmentation” des entrées payantes au premier semestre 2017, avec 2% de hausse par rapport à la même période l’an dernier, sans réussir toutefois à contenir une baisse de ses recettes” selon Bernard Murat. Une augmentation qui ne permet pas de retrouver la fréquentation d’avant la crise financière et les attentats de 2015.

Stéphane CAPRON – www.sceneweb avec agence

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *