Grandir avec Fanny de Chaillé

Les grands © Marc Domage

La chorégraphe Fanny de Chaillé signe avec Les Grands une performance intergénérationnelle où sont présentés élégamment et sommairement trois âges et trois visions de la vie.

Une fillette toute blonde, en jeans bleu et t-shirt jaune citron grimpe sur la scène déserte et arpente allègrement les marches d’un escalier spacieux comme ceux des temples antiques. D’une manière récréative, elle suit les lignes sinueuses d’un parcours imaginaire, elle s’adonne à un jeu dont elle seule connaît les règles. Son corps bouge, plein de vie, mais c’est une voix off, toute introspective, qui parle en son nom. Elle sera rejointe par deux garçons de son âge. Chacun va se décalquer en trois corps et trois esprits.

En trois temps comme dans une valse tourbillonnante, l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte s’assemblent, se superposent, sans hiérarchie. Neuf acteurs décrivent avec des mots simples et bien sentis les velléités de la jeunesse, l’apprentissage gentiment arrogant des comportements sociaux et les premiers émois amoureux sur les tubes rock lascifs de Scorpion, U2 ou Radiohead.

Inspiré de réels témoignages, le texte signé Pierre Alféri, est un peu court mais les répliques qui s’apparentent volontairement à des slogans sont drôles et attendrissantes. Elles paraissent d’une juste authenticité. Pour prolonger leur collaboration entamée avec Coloc puis Répète, Fanny de Chaillé dépose sur les mots du dramaturge un jeu vif et frais accompagné de mouvements de danses plus flegmatiques.

La confrontation vieux / jeunes est un schéma assez classique : les premiers revendiquant la responsabilité et le pragmatisme, les seconds l’utopie et le refus du patriarcat. Les grands sont des donneurs de leçons, les petits, des donneurs de rêves. Mignonne et joliment conclue sur une chanson inédite de Dominique A, la pièce délivre un rapport au monde et à l’autre un peu simplet. Elle interroge néanmoins son propre désir d’émancipation et de construction identitaire en conservant toujours la part d’enfance qui est en soi.

Christophe Candoni – www.sceneweb.fr

Les Grands
Texte Pierre Alferi
Conception et mise en scène Fanny de Chaillé
Chanson Dominique A / Son Manuel Coursin
Scénographie, costumes Nadia Lauro
Lumière Willy Cessa
Assistanat à la mise en scène Christophe Ives
Avec Margot Alexandre, Guillaume Bailliart, Grégoire Monsaingeon (les grands) Soline Baudet, Oscar Boiron, Félicien Fonsino (les ados)
et six enfants (en alternance)
Production Display
Coproduction Espace Malraux Scène nationale de Chambéry et de la Savoie, Bonlieu Scène nationale d’Annecy, Festival d’Avignon, La Comédie de Reims Centre dramatique national, Centre de développement chorégraphique de Toulouse Midi-Pyrénées, Les Spectacles vivants Centre Pompidou (Paris), Festival d’Automne à Paris, Carré-Colonnes scène métropolitaine (Saint-Médard-en-Jalles et Blanquefort), Le Parvis Scène nationale de Tarbes-Pyrénées.
Avec le soutien de la Drac Auvergne-Rhône-Alpes, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Centre national de la danse (Pantin), Carreau du Temple (Paris), Théâtre Ouvert (Paris), et pour la 71e édition du Festival d’Avignon : Fondation BNP Paribas
Accueil studio Centre chorégraphique national de Caen en Normandie
Avec l’aimable autorisation de Cinq7/Wagram Music
Parler (Répète, Coloc, Les Grands) de Pierre Alferi est publié aux éditions P.O.L.

durée 1h15

Festival d’Avignon 2017
THÉÂTRE BENOÎT-XII

19 20 21 | 23 24 25 26 JUILLET
À 15H
du 20 au 23 septembre 2017, Centre Georges Pompidou, Festival d’Automne à Paris
du 14 au 18 novembre, La Comédie de Reims Centre dramatique national
les 18 et 19 janvier 2018, Centre chorégraphique national de Caen en Normandie avec la Comédie de Caen
les 23 et 24 janvier, humain Trop humain Centre dramatique national Montpellier
les 26 et 27 janvier, Centre de développement chorégraphique national Toulouse Midi-Pyrénées avec le Théâtre Garonne
le 30 janvier, Le Parvis Scène nationale Tarbes Pyrénées, Ibos
les 20 et 21 avril, Théâtre de Lorient
Centre dramatique national

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *