Quand Horváth nous plonge dans l’ennui…

Jérôme Kircher et Julie-Marie Parmentier Photo Richard Schroeder

Happé par l’Opéra, André Engel est de retour au « théâtre pur » comme il dit pour deux pièces de Ödön von Horváth écrites à dix ans d’écart. Très belle distribution, mais les deux pièces n’ont pas la saveur des grandes épopées du dramaturge allemand. Alors on est sorti très déçu.       

Horváth n’a jamais écrit les deux pièces pour qu’elles soient jouées ensemble. La première date de 1923. Meurtre dans la rue des morts est sa première pièce achevée. Il avait 24 ans. La deuxième L’Inconnue de la Seine a été écrite en 1933. André Engel a donc eu l’idée de les mettre en rapport. « Le vœux du projet c’est que de la confrontation naisse une troisième interrogation » explique le metteur en scène. Horváth, chroniqueur de son temps, aimait laisser trainer ses oreilles dans les lieux publics et notait énormément de choses sur son époque. Les deux pièces apportent une grande importance à l’humain avec une description très soignée des personnages. Il met en scène des gens simples, des gens normaux.       

Au centre des deux pièces, un fric-frac, un bijoutier (Yann Collette) est assassiné par un voleur (Jérôme Kircher). La première pièce, la plus intéressante est très sombre. On y croise des démons et des fantômes. L’assassin pris de remords se suicide. La deuxième est plus légère. L’assassin échappe aux griffes de la police et finit par fonder une famille. Cette pièce est malheureusement un peu pâlichonne. L’ensemble est sauvé par une distribution brillante. De Tom Novembre à Evelyne Didi, en passant par Julie-Marie Parmentier, Natacha Régnier, Yann Collette ou Jérôme Kircher, André Engel a su réunir un casting royal et bien équilibré. Mais cela ne suffit pas. A côté des chefs d’œuvres que son Foi, Amour, Espérance ; Casimir et Caroline ou encore Don Juan revient de guerre ces deux textes mineurs n’ont que très peu d’intérêt. On s’est fermement ennuyé et on aurait aimé retrouver le travail d’André Engel avec un grand texte du répertoire.       

Stéphane CAPRON – www.sceneweb.fr        

La Double Mort de l’horloger    

 
 
 

André Engel / Ödön von Horváth        

Création à Chaillot        

D’après deux pièces d’Ödön von Horváth        

Meurtre dans la rue des Maures (1923) et L’Inconnue de la Seine (1933)*        

Texte français        

Henri Christophe        

Adaptation        

André Engel et Dominique Muller        

Mise en scène        

André Engel        

Dramaturgie        

Dominique Muller        

Scénographie        

Nicky Rieti        

Lumières        

André Diot        

Costumes        

Chantal de la Coste        

Maquillage et coiffures        

Marie Luiset        

Son        

Pipo Gomes        

Assistante à la mise en scène        

Ruth Orthmann        

Avec        

Caroline Brunner, Yann Collette, Francois Delaive, Evelyne Didi, Yordan Goldwaser,        

Jérôme Kircher, Gilles Kneusé, Manon Kneusé, Arnaud Lechien, Antoine Mathieu, Tom        

Novembre, Ruth Orthmann, Julie-Marie Parmentier, Natacha Régnier, Marie Vialle        

* Pièces publiées par l’Arche Editeur        

Production déléguée Théâtre National de Chaillot        

Production Théâtre National de Chaillot /Le Vengeur Masqué • Coproduction L’Espace Jean Legendre – Théâtre        

de Compiègne        

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National        

Durée 2h        

 

Théâtre National de Chaillot        

DU 17 OCTOBRE AU 9 NOVEMBRE 2013        

Salle Jean Vilar 20h30, sauf dim 20 oct 15h30, relâche dim et lun        

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *