Raimund Hoghe au Festival d’Avignon 2018 !

photo Rosa Frank

Plus de trente ans après sa première venue au Festival d’Avignon aux côtés de Pina Bausch, celui qui est monté sur scène pour « jeter son corps dans la bataille » comme l’écrivait Pier Paolo Pasolini, propose pour la 72e édition de recréer 36, avenue Georges Mandel et de l’adosser à sa nouvelle pièce Canzone per Ornella. Son invitation au public à reprendre le fil de rendez-vous précieux et intimes est à l’image de sa composition emplie de sobriété mais aussi de chants libérateurs. à travers deux figures féminines qui le touchent particulièrement, Raimund Hoghe choisit de s’exposer aux feux de la mythique voix de Maria Callas et de rendre hommage à Ornella Balestra, danseuse et compagne de plateau. À partir de quelques vêtements, objets, images, de simples déplacements et de gestes délicats, il assemble un travail de réduction et de ritualisation qui ouvre aux rêves.

Raimund Hoghe est né à Wuppertal et vit à Düsseldorf. D’abord journaliste, il devient ensuite de 1980 à 1990 le dramaturge de Pina Bausch. Depuis 1992, il collabore avec l’artiste Luca Giacomo Schulte. Il débute son travail de scène par la trilogie de solos Meinwärts (1994), Chambre séparée (1997) et Another dream (2000) sur le XXe siècle. Raimund Hoghe inscrit ses spectacles dans un rapport intime au corps, notamment le sien, et au mouvement. D’autres artistes rejoignent son univers dans des pièces de groupe où les corps sont confrontés tant à leurs propres souvenirs qu’à une histoire universelle. Au Festival d’Avignon dès 1981 puis 1983 avec Pina Bausch dans Kontakthof, Walzer, Nelken, il revient avec Verdi prati en 1993 et y crée 36, avenue Georges Mandel en 2007.

Rencontre à la FabricA avec Raimund Hoghe
à propos de Canzone per Ornella
et 36, avenue Georges Mandel
mardi 10 octobre 2017 à 19h30
11 rue Paul Achard, Avignon
Une rencontre animée par Michel Flandrin.
Entrée libre
Réservation conseillée au 04 90 27 66 50 ou public@festival-avignon.com

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *