Soulèvement(s): un collage décevant

© Alain Richard

© Alain Richard

Cette création avait tout pour être passionnante. Un thème d’actualité: les soulèvements populaires et de grands artistes de théâtre. A l’arrivée on a le sentiment d’un immense gâchis.

L’idée de Marcel Bozonnet, Valérie Dréville et Richard Dubelski est excellente: raconter l’histoire des soulèvements populaires de la Révolution française aux Printemps arabes. Le texte (excellent) est découpé en neuf mouvements, de la révolte de la Place Tahrir au défilé des pétitionnaires en 1792 en passant la révolte des esclaves au 18ème siècle. On croise des héros de ces révolutions: Mohammed Bouazizi, Ottobah Cugoano, Robert François Damiens…Les textes sont ceux de Bossuet, Victor Hugo, Mirabeau, Aimé Césaire, Robespierre…Un matériau en or.

Mais la forme théâtre utilisée est dépassée et frise le ridicule. Ce théâtre collage kaléidoscope et protéiforme est irritant. C’est souvent très insupportable. Dans un décor hideux, composé d’une structure lumineuse en néon, d’un passage piéton ensanglanté et d’un chemin de cendre, les trois comédiens déclament ou ânonnent leur texte, et tapent sur des tambours et des bidons en plastiques.

C’est de notre point de vue un vrai ratage car les questions posées dans ce spectacle politique sont essentielles. “Pourquoi un peuple décide-t-il d’en finir avec la peur et l’oppression ?” Quels sont les moyens à sa disposition. Et comme le dit à la fin du spectacle Marcel Bozonnet: “Le grand malheur des assemblées est de s’arrêter toujours au moment où elles ont été élues“. Mais les moyens dramatiques et théâtraux utilisés desservent le propos.

Stéphane CAPRON – www.sceneweb.fr

Soulèvement(s) d’hier et d’aujourd’hui, à la Bastille, à Alep, à Tunis
Marcel Bozonnet / Valérie Dréville / Richard Dubelski / Les Comédiens Voyageurs
création collective
avec Valérie Dréville, Marcel Bozonnet, Richard Dubelski
texte Marcel Bozonnet et Judith Ertel
avec la collaboration de Sophie Wahnich
musique originale Richard Dubelski
chorégraphie Marie Orts
scénographie et costumes Renato Bianchi
création lumière Nicolas Barraud
dramaturgie Judith Ertel
assistante à la mise en scène Julie Guichard
production délégué Les Comédiens Voyageurs
coproduction Théâtre de l’Union – Centre Dramatique National du Limousin
avec le soutien du Théâtre de Chelles, du Centre de développement chorégraphique Atelier de Paris-Carolyn Carlson, de la Maison des métallos, du Centquatre, de la Spedidam et de l’Adami

Maison des Métallos
Du 9 au 25 octobre 2015