Zvizdal, le silence assourdissant des radiations

Photo Berlin

Photo – Berlin

Le collectif associé cette saison au 104, Berlin, y présente un spectacle créé en mai 2016 à Bruxelles : Zvizdal. Comme les autres projets de ce groupe, il est documentaire et s’appuie sur l’actualité d’une ville. Celui-ci a de particulier que l’expérience se déroule dans un village de la zone interdite autour de Tchernobyl. Les artistes y ont rencontrés les deux derniers habitants.

Sur scène, hormis les techniciens du collectif dans l’ombre, aucun être vivant. Les spectateurs installés dans un dispositif bi-frontal font face à un grand écran sous lequel sont installées trois maquettes : la reproduction en trois saisons de la maison des deux derniers habitants de Zvizdal, dont l’environnement est devenu très fortement radioactif depuis l’accident de la centrale nucléaire voisine en 1986.

L’écran projette des images, non pas une Histoire. Ici, point de cancers à répétition, de moutons à cinq pattes ou de bébés à deux têtes, mais des impressions fugaces, des rencontres aléatoires entre l’humeur de Nadia et Pétro et la présence heureuse de l’équipe de tournage. Ce couple austère n’a pas quitté la zone depuis vingt cinq ans. Il vit sans électricité, sans eau courante ni aucun service collectif. Littéralement coupé du monde, il refuse de partir. Si les radiations sont invisibles, alors que voit-on ? La dureté érigée en sacerdoce que s’inflige ces nonagénaires pour rester sur une terre chère à leurs cœurs. Ils sont d’une rusticité sans pareil, privés de toute forme de technologie. Leur vie est d’une difficulté insoupçonnable en tout point. Ils sont les spectateurs de leur propre délabrement, impuissants face à la forêt qui reprend ses droits dans les anciennes demeures de la commune, des maisons que Nadia et Pétro rêvent de voir se peupler à nouveau.

« Zvizdal » est un objet plastique, une forme nouvelle peu vue sur scène. Le collectif Berlin crée même un paradoxe : la technologie informatique de pointe est utilisée ici pour montrer que le strict minimum est nécessaire à des êtres humains pour vivre. Malgré la recherche plastique, le thème semble être le principal intérêt à ce spectacle : cette histoire a cela de fascinant qu’elle nous emmène dans une zone quasiment inaccessible, tant du point de vue administratif qu’humain. À l’heure de la connexion instantanée entre les continents, nous, anonymes du public comme l’étaient nos ancêtres, sommes toujours aussi intrigués par les déserts humains.

Hadrien Volle – www.sceneweb.fr

Zvizdal”
Concept, Bart Baele, Yves Degryse, Cathy Blisson
Avec Nadia et Pétro Opanassovitch Lubenoc
Scénographie, Manu Siebens, Ina Peeters, Berlin
Entretiens, Yves Degryse, Cathy Blisson
Caméra et montage, Bart Baele, Geert De Vleesschauwer
Enregistrements sonores, Toon Meuris, Bas de Caluwé, Manu Siebens, Karel Verstreken
Interprète, Olga Mitronina
Composition musicale, Peter Van Laerhoven
Coproduction Het Zuidelijk Toneel (Tilbourg) ; PACT Zollverein (Essen) ; Dublin Theatre Festival ; Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles) ; BIT Teatergarasjen (Bergen) ; Künstlerhaus Mousonturm (Francfort-sur-le-Main) ; Theaterfestival Boulevard (Den Bosch) ; Brighton Festival ; Onassis Cultural Centre [Athène, GR] ; Le CENTQUATRE-PARIS // Coréalisation Le CENTQUATRE-PARIS ; Festival d’Automne à Paris // En collaboration avec deSingel (Anvers)
Avec le soutien du Gouvernement Flamand
Spectacle créé le 12 mai 2016 au Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles)
Durée : 1h15

6 septembre 2017 – Rotterdamse Schouwburg, Rotterdam, Pays Bas
07 septembre 2017 – Het Nationale Theater, La Hague, Pays Bas
8 et 09 septembre 2017 – Nederlands Theater Festival Amsterdam, Pays Bas
Francophonies en Limousin
Les 21 et 22 septembre 2017
25 et 26 septembre 2017 – Festival Divadelná Nitra, Nitra, Slovaquie
30 septembre et 1 octobre 17 – CAET (Centre d’Arts scéniques de Terrassa), Terrassa, Espagne
07 et 08 octobre 2017 – 4+4 Days in Motion, Prague, République Tchèque
10 et 11 octobre 2017 – Steirischer Herbst, Graz, Autriche
14 et 15 octobre 2017 – Carré-Colonnes, Bordeaux, France
17 et 18 octobre 2017 – TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers, Poitiers, France
21 et 22 octobre 2017 – VIE Festival, Modène, Italie
08 novembre 2017 – CC De Velinx, Tongeren, Belgique
16 et 17 novembre 2017 – CC Strombeek, Strombeek-Bever, Belgique
22 novembre 2017 – CC Bruges, Bruges, Belgique
5 au 9 décembre 2017 – Le Maillon, Strasbourg, France
13 décembre 2017 – CC Be, Berchem, Belgique
16 décembre 2017 – GC De Kluize, Oosterzele, Belgique
28 mars 2018 – CC Belgica, Dendermonde, Belgique
6 et 7 avril 2018 – L’Estive, Foix, France
12 et 13 avril 2018 – Théâtre d’Arles, Arles, France
20 avril 2018 – CC De Herbakker, Eeklo, Belgique
27 avril 2018 – C.C. CasinoKoksijde, Koksijde, Belgique
15 et 16 mai 2018 – L’Apostrophe, Cergy-Pontoise, France
23 au 25 mai 2018 – Le Théâtre de Lorient, Lorient, France
29 et 30 mai 2018 – La Passerelle, Saint-Brieuc, France

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Ils parlent comme à eux-mêmes, se lancent parfois des petites piques de vieux couple. Leurs phrases sont aussi de longs silences. D’emblée, ceux qui sont venus les voir et les filmer adoptent un rythme qui épouse les pas lents de Pétro et Nadia. Partir c’est mourir Zvizdal (dans la région de Jitomir en Ukraine) est un village situé dans la zone de Tchernobyl. Cela s’appelle donc Zvizdal. Aucune production du groupe Berlin ne ressemble à une autre, mais toutes partent d’une longue enquête autour d’un lieu ou d’un dispositif qui se traduira par un projet scénographique et narratif. Le temps fait tout à l’affaire s’appuyant sur un bâton. Pétro meurt le premier. Zvizdal, la vie d'un couple à Tchernobyl vu par Berlin et Cathy Blisson. […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *