Kader Belarbi la bonne étoile du Capitole

Photo David Herrero

Le directeur artistique du Ballet du Capitole Kader Belarbi est sur tous les fronts de Toulouse au Théâtre des Champs-Elysées. Preuve qu’il y a une vie (de danse) après le Ballet de l’Opéra de Paris.

Il s’amuse de ses quelques cheveux gris mais Kader Blerabi n’a rien perdu de sa fougue. On l’avait quitté étoile du Ballet de l’Opéra de Paris, il revient dans la capitale à la tête du Ballet du Capitole de Toulouse. Pas une revanche pour autant. Après sa retraite de danseur, il a passé 4 ans à créer sans véritable moyen. Puis on a fait à Belarbi deux propositions : il a choisi de reprendre la direction artistique du Ballet du Capitole. « Je ne voulais pas être directeur, je le suis devenu. J’ai connu à l’Opéra de Paris Lifar comme PIna Bausch. 50 ans de danse. Je me suis demandé ce que je pouvais faire de ce « trésor« .

La réponse en dansant, il l’apporte avec cette compagnie toulousaine qui vivotait dans un petit confort. Depuis son arrivée, il y a un véritable engouement qui se traduit par des salles pleines, des tournées. Il remonte un Don Quichotte au Capitole en avril, donne Le Corsaire au Théâtre des Champs-Élysées à Paris par la suite. « En arrivant à Toulouse en 2013 je me suis demandé ce que c’était un ballet vivant. J’ai pris une année pour regarder mes effectifs. Je suis une sorte d’archéologue du mouvement. Lorsque j’ai programmé Giselle tout en moi est remonté.  » Manière de dire qu’un soliste de talent le reste toujours un peu. Kader Belarbi a invité sur ses « terres » Maguy Marin, enchaîné avec une variation autour du Tango. Il dit également : » je suis dans le commerce, dans une forme de combat« . Pas de folie avec son budget pour une troupe soutenue par la Mairie avant tout.

Kader Belarbi se désole de la situation de son voisin Bordelais. Il a 35 danseur à Toulouse, rêve d’un peu plus. « Pour certains classiques vous devez avoir un corps de ballet féminin de 18 danseuses. En deçà vous ne pouvez masquer les trous sur scène« . A chaque audition, les demandes affluent. Avec sa garde rapprochée Belarbi étudie attentivement les CV. Cela lui prend un temps fou. Mais il est en mission. Pour la danse. « Ce sont les danseurs qui sont importants« . Une évidence mais peut-être pas aux yeux de tous les directeurs…. Pour Don Quichotte le Ballet du Capitole fera avec décors et costumes d’une ancienne production maison. Mais Belarbi le chorégraphe s’est attaché à évacuer certains seconds rôles, à redorer aussi le lustre de Don Quichotte amoureux sans espoir de Kitri. Kader Belarbi est tout de passion lorsqu’il vous raconte sa vision du ballet. Il avoue juste qu’il a peur de « venir à Paris ». Il n’a pas fini de se faire des cheveux.

Philippe Noisette – www.sceneweb.fr

Ballet du Capitole
Don Quichotte au Théâtre du Capitole Toulouse du 20 au 25 avril www.theatreducapitole.fr
Le Corsaire au Théâtre des Champs-Élysées Paris dans le cadre de la saison TranscenDanses du 20 au 22 juin www.theatrechampselysees.fr

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *