Karl Paquette et Stéphane Bullion photo Benoite Fanton OnP

Karl Paquette et Stéphane Bullion à bras-le corps (de ballet)

Karl Paquette et Stéphane Bullion photo Benoite Fanton OnP

Karl Paquette et Stéphane Bullion photo Benoite Fanton OnP

Le duo d’étoiles de l’Opéra de Paris se glisse dans les pas de Boris Charmatz et Dimitri Chamblas. Un autre charme opère.

A bras-le-corps porte beau son titre : tout ici est tiraillement, épuisement, vertige. Un duo au plus près des corps -et des spectateurs éparpillés sur quatre coins du plateau aux dimensions réduites. Créé par Boris Charmatz et Dimitri Chamblas en 1993 ce dialogue semble alors tout autant un adieu à la danse (classique) qu’une découverte du contemporain. Charmatz et Chamblas anciens élèves du l’École de dans de l’Opéra de Paris puis du Conservatoire de Lyon se risquent ici à mettre en scène une « rivalité » gestuelle. « Nos corps de bûcherons qui se débarrassaient des années de formation cherchaient une danse qui se développerait à partir de la notion de masse » témoigne Boris Charmatz. Après son baptême du feu lyonnais A bras-le-corps se jouera des extérieurs, des scènes de théâtre : il est aujourd’hui réactivé au Palais Garnier dans la Rotonde du Glacier spécialement aménagée pour l’occasion.

Les étoiles-maison Karl Paquette et Stéphane Bullion endossent les rôles. Une danse faite de sauts et de chutes, de tours et de portés. Il est assez fou d’imaginer toutes les variations possibles qu’un duo offre au regard. A bras-le-corps en est la preuve éblouissante. On sent néanmoins les deux interprètes de l’Opéra encore sur la retenu dans l’ouverture. Sans doute la volonté de bien faire là où la chorégraphie est toute en lâcher-prise. A bras-le-corps est un exercice périlleux tant il repose sur le double : l’un pour l’autre. Et l’un sans l’autre.

Paquette et Bullion excellent dans le registre solitaire, avec une marge de manœuvre évidente sur les corps-à-corps. Le mouvement sous nos yeux débordent du cadre -tête sous les bancs, jambe par dessus le premier rang du public. On peut déceler également un éventail de gestes « sportifs » empruntés qui sait aux lutteurs de Sumo, aux boxeurs ou autres. Mais A bras-le-corps n’est pas un exercice de style : en oscillant entre gravité et burlesque, le rire et la mort, ce pas de deux révèle un corps, celui du danseur, en attente d’une révélation. Le silence seulement traversé des fulgurances de Pagnini et ses Caprices semblent dès lors le prolongement idéal de cette chorégraphie à fleur de peau.
Philippe Noisette

A bras-le-corps par Karl Paquette et Stéphane Bullion du 18 mars au 2 avril Palais Garnier Opéra de Paris www.operadeparis.fr ( le 18 mars A-bras-le corps sera dansé par Boris Charmatz et Dimitri Chamblas)
20 danseurs pour le XX ème siècle imaginé par Boris Charmatz le 26 mars au MAC/VAL dans le cadre de la Biennale de danse du Val de Marne

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *