photo Jean-Louis Fernandez

Un Orfeo butineur en Arcadie

photo Jean-Louis Fernandez

photo Jean-Louis Fernandez

Après le succès du Crocodile trompeur tiré du Didon et Enée de Purcell, et d’autres pièces musicales réjouissantes signées chacun de leur côté, Jeanne Candel, Samuel Achache et Florent Hubert reforment leur trio gagnant pour revisiter avec tous leurs complices le premier opéra de Monteverdi. Présenté aux Bouffes du Nord avec le Théâtre de la Ville, leur Orfeo fiévreux et lourdingue amuse certes mais séduit moins car l’outrance étouffe l’émotion.

Il souffle un vent de folie en Arcadie, cette belle région grecque où les barbaries d’autrefois ont laissé place à un hédonisme assumé. Une fanfare d’apiculteurs remplace les bergers et mène la pastorale. Le mariage d’Orphée et Eurydice a beau se faire attendre, on profite déjà du banquet frugal. Lovée sur une méridienne, la géniale matrone baroque, Anne-Lise Heimburger, reçoit drapée dans une étoffe jaune moutarde à proximité du vin et des fruits généreusement disposés. L’esprit est à la fête mais aussi à la tempête : il pleut à verse et Musique détrempée célèbre les pouvoirs de son art. Pan, un elfe lubrique et crasseux endossé par Vladislav Galard et Amour, Léo-Antonin Lutinier, plus propre sur lui mais pas plus sage, se présentent au salon les jambes déraisonnablement nues pour faire leur numéro de rejetons capricieux. L’Orphée apprêté de Jan Peters en costume-cravate séduit par la délicatesse de son chant qui abolit les frontières de la vie et la mort. Sa musique envoûtante exacerbe ses malheurs existentiels et transcende les passions.

Pour sa nouvelle création, l’équipe a sorti l’artillerie lourde… Trop de monde, d’instruments, d’accessoires, de déplacements se télescopent sur la petite scène circulaire des Bouffes mangée de moitié par une imposante véranda dans laquelle il ne se passe pas grand-chose. On reconnait bien le ton de ces artistes complices qui regroupent admirablement une multiplicité de talents théâtraux, vocaux, musicaux. Ils font preuve d’autant de maîtrise que de désinvolture, de potacherie grasse que d’érudition pointue. Ovide, Virgile, Platon, Kant, Char sont convoqués. Bourré d’excès, le spectacle s’est étiré et épaissi jusqu’à l’étiolement. A la fin, la mariée défunte interprétée par Marion Sicre réapparaît des Enfers dans son élégant habit nuptial pour chanter d’une voix pure Ich bin der Welt abhanden gekommen de Mahler. Et là, l’émotion étreint tandis que les abeilles butinent le corps d’Orphée putréfié et emballé dans un sac poubelle noir qui figure l’exhalaison de la charogne baudelairienne. Cette force de l’image et cette sensibilité poétique avaient jusqu’ici trop manqué.

Christophe Candoni – www.sceneweb.fr

Orféo – Je suis mort en Arcadie
D’après L’Orfeo de Claudio Monteverdi et d’autres matériaux
Mise en scène Samuel Achache et Jeanne Candel
Direction musicale Florent Hubert
Une composition théâtrale et musicale arrangée, écrite et jouée par Samuel Achache, Matthieu Bloch, Anne-Emmanuelle Davy, Vladislav Galard, Anne-Lise Heimburger, Florent Hubert, Clément Janinet, Olivier Laisney, Léo-Antonin Lutinier, Thibault Perriard, Jan Peters, Marion Sicre, Marie-Bénédicte Souquet et Lawrence Williams
Production C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord ; la vie brève
Coproducteurs associés La Comédie de Valence – CDN Drôme Ardèche ; Les Théâtres de la Ville de Luxembourg ; Le Théâtre de Lorient – Centre dramatique national
Coproduction Espace Jean Legendre, Théâtre de Compiègne – Scène nationale de l’Oise en préfiguration ; Théâtre de Caen ; Les Subsistances / Lyon ; Théâtre Garonne – scène européenne ; Le Quai – CDN Angers Pays de la Loire ; Cercle des partenaires des Bouffes du Nord
Coréalisation Théâtre de la Ville – Paris
Avec le soutien du Pôle-Culturel d’Alfortville et du Théâtre de la Cité Internationale
Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France, de l’ADAMI, de la SPEDIDAM ; action financée par la Région Île-de-France
Construction des décors Ateliers des Théâtres de la Ville de Luxembourg
La vie brève est conventionnée par la DRAC Île-de-France, et bénéficie du soutien de la DGCA.
Samuel Achache et Jeanne Candel sont membres du Collectif artistique de La Comédie de Valence – CDN Drôme-Ardèche,
Jeanne Candel est artiste associée au Théâtre de la Cité Internationale et au Théâtre de Lorient – Centre dramatique national.
La vie brève est une compagnie associée au Théâtre Garonne.
Durée : 2h15.

Comédie de Valence – Création
Mer. 04 > mar. 10 janvier 2017 à 20h
Relâche le dimanche
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
17 janvier > 05 février
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20h30 – dimanche à 16h00
> Théâtre-Cinéma Paul Eluard, Choisy-Le-Roi – 23 fév. 2017
> Pôle culturel d’Alfortville – 25 fév. 2017
> TNT – Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées – 02 > 04 mars 2017
> Le Théâtre de Lorient – 08 & 09 mars 2017
> Scène Nationale Évreux Louviers – 14 mars 2017
> L’apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise – 17 & 18 mars 2017
> Domaine d’O, Montpellier – 24 mars 2017

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *