Anne Cressent, nouvelle Lulu dans la mise en scène de Paul Desveaux

photo K Denoyelle

Je lisais, il y a quelque temps, un article dans le journal Le Monde sur l’arrivée en France d’un site web américain qui proposait que des étudiantes « sugar babies » qui ont des difficultés financières, rencontrent de riches hommes « sugar dadies » qui seraient prêts à les entretenir.
Ce site rendait visible et de manière un peu brutale quelque chose qui a toujours existé. Mais ce qui était à peine avouable, il y a quelque temps, apparaît aujourd’hui comme un service quasi normal, comme la livraison de sushi ou la VOD.
Ce marché, ce « deal » comme pourrait le qualifier Koltès, pose l’argent et le sexe comme deux faces d’un pouvoir. Bien qu’ici, il s’agisse d’une prostitution à peine déguisée, il n’en reste pas moins que les faveurs sexuelles ont été, tout au long de notre histoire, une monnaie d’échange efficace. A ceci près que le sexe a souvent été le pouvoir du pauvre.

La question qui se pose alors est comment envisageons-nous l’autre? Que représente-t-il?

L’argent et le sexe posent toujours la question de l’altérité. Dans les deux cas, c’est l’expression d’un désir de possession. Ils sont l’un et l’autre les moyens d’exercer un pouvoir. L’autre devient un objet de désir, et dans les cas extrêmes, il n’est plus que l’objet du désir. Tout devient alors objet, même le corps de l’autre. L’autre disparaît dans le fantasme du désirant. Il n’est plus que projection : projection de sexualité ou projection d’ascension sociale, par exemple. A cet instant, nos êtres s’évanouissent dans une rêverie qui peut vite tourner au cauchemar quand le réel refait surface.
Ce qui réfrène ces désirs, c’est finalement le cadre que propose une société. Ou comment nous nous inscrivons dans une sociabilisation de nos pulsions. Et une des sociabilisations possibles, c’est le partage qui va à l’encontre d’un désir de possession unilatéral. Le partage oblige à considérer l’être qui est en face de nous.

Ce que nous lisons chez Maupassant, nous le retrouvons d’une manière plus acerbe chez Wedekind ou encore aujourd’hui dans les pages du quotidien Le Monde. Dans les profondeurs de nos relations, il semble donc que les choses aient peu changé depuis l’avènement de l’ère l’industrielle au XIXème siècle.

Il n’y a guère ici d’évolution et c’est peut-être tout le tragique de l’être humain : nous n’améliorons pas nos abîmes intérieurs.

Paul Desveaux

LULU​
de Frank Wedekind
mise en scène & scénographie Paul Desveaux
assistante à la mise en scène Amaya Lainez
musique Vincent Artaud
chorégraphie Cécile Loyer
lumière Laurent Schneegans
costumes Alexia Crips Jones
conceptrice marionnette Einat Landais
avec Antoine Berry-Roger, Serge Biavan, Ninon Brétécher, Fabrice Cals, Anne Cressent, Daniel Delabesse, Andréas Goupil, Thomas Harel, Jonas Leclere, Alain Payen, Baptiste Roussillon
musiciens Michaël Felberbaum guitare, David Grébil batterie/percussions, Vincent Lafont synthé/claviers
Coproduction
Centre Dramatique National Normandie-Rouen, Le Volcan/Scène Nationale du Havre, Théâtre de l’Union/Centre Dramatique National du Limousin, Le Tangram/Scène Nationale Evreux-Louviers

Centre Dramatique National Normandie-Rouen 8 & 9 novembre 2017
Le Tangram Scène Nationale Evreux-Louviers 14 & 15 novembre 2017
Le Volcan Scène Nationale du Havre 21 & 22 novembre 2017
Ma Scène Nationale Montbéliard 28 novembre 2017
Théâtre de l’Union Centre Dramatique National du Limousin 5, 6, 7 décembre 2017
Lulu Théâtre 71 Scène Nationale de Malakoff du 10 au 19 janvier 2018

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *