Claire Audhuy met en scène Eldorado TerezÍn d’après Hanuš Hachenburg

« Bienvenue à Terezín, le nouvel Eldorado juif offert par le Führer lui-même ! Ici, on rit, on chante, on danse et on mange même des sardines portugaises ! » Juin 1944. Dans le ghetto de Terezín, le commandant SS Karl Rahm promène le représentant de la Croix-Rouge dans une ville aux allures de vitrine idéale. Manipulant le malheureux « maire » de cette « colonie juive » vantée par la propagande nazie, Rahm vole d’une baraque à l’autre, anime son pantin préféré et tout un tas de marionnettes dont il tire les ficelles.

Après le départ du délégué de la Croix-Rouge, la vie dans le camp reprend son cours normal, au rythme des transports vers l’Est. Parmi les internés, Hanuš, un jeune garçon de 14 ans, donne ce soir-là une pièce clandestine pour marionnettes, qu’il vient d’écrire. Elle raconte l’histoire d’un despote sanguinaire et stupide : Analphabète Gueule Premier. Pour assouvir sa soif de pouvoir, le tyran ordonne l’extermination des personnes inutiles, mais la Mort ne fait plus peur et tout le monde se moque d’elle. Comme l’avait imaginé son jeune auteur, la pièce se joue avec des marionnettes. Cette farce rappelle, ô combien, qu’il ne faut jamais oublier de rire. De ce rire… qui peut nous permettre de dépasser la sidération et la peur. Qui nous permet de rester des hommes. Claire Audhuy reconstitue sur scène la visite de Terezín, organisée par les nazis pour le Comité international de la Croix-Rouge, le 23 juin 1944. Une multitude de maquettes filmées permettent de découvrir cette grande et ingénieuse machinerie conçue pour duper les rares visiteurs de passage. La pièce de Hanuš Hachenburg, intitulée « On a besoin d’un fantôme », fut récemment retrouvée par la metteuse en scène dans les archives du ghetto. Elle apporte un génial contrepoint à l’entreprise de mystification nazie. « Eldorado Terezín » met en lumière la manipulation de l’information mais aussi l’ironie, l’humour noir et l’autodérision comme autant d’instruments de résistance. Un hommage bouleversant à la survie de l’intelligence et de la vérité au coeur de la tragédie.

Eldorado TerezÍn
scenes d’automne en alsace
Mise en scène et texte : Claire Audhuy
D’après la pièce “On a besoin d’un fantôme” d’Hanuš Hachenburg
Scénographie et construction décors : Jaime Olivares assisté de Jean-François Frering et Frédérique Hault-Charlier
Marionnettes : Jaime Olivares (“Eldorado Terezin”) et Léa Haouzi ( “On a besoin d’un fantôme”)
Avec les marionnettistes : Marie Hattermann, Célia Constantinecso et Sylvain Juret
Musique et composition : Gabriel Mattei
Régie : Morgane Viroli
Images d’archives : Baptiste Cogitore
Coproduction Comédie De l’Est – Centre dramatique national d’Alsace
La pièce « On a besoin d’un fantôme » est éditée par Rodéo d’âme

Comédie de l’Est de Colmar
Salle Michel Saint-Denis
07.11.17 à 19h
08.11.17 à 20h30
09.11.17 à 19h *
10.11.17 à 20h30
* Rencontre avec les artistes à l’issue du spectacle

Espace 110, Illzach
01.12 & 02.12.17

Théâtre de Marionnettes de Genève
11.01 – 21.01.18

Espace K, Strasbourg
23.01 – 27.01.18

PréO, Oberhausbergen
22.03 & 23.03.18

Struthof, sous chapiteau
23.08 – 26.08.18

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *