Dans le ventre de la ballerine, de l’indigestion verbale

photo Ian Grandjean

Jean-Benoît Mollet et sa compagnie Anomalie &… créent au Monfort Théâtre Dans le ventre de la ballerine, un spectacle qui se veut être une « expérience » de visite dans le corps humain mais qui pêche par ses trop nombreux bavardages.

L’argument est alléchant : le corps serait une « terra incognita » à explorer. Pour mener à bien cette expérience inédite, une personne prise au hasard dans le public va être plongée dans l’organisme d’un membre de la troupe qui déambule à l’extérieur. De son cerveau à ses entrailles, le spectateur va assister à des actions de la vie quotidienne vécue à taille humaine. Loin de toute volonté réaliste, cet intérieur renferme bien des surprises qui sont autant de prétextes à composer des images.

Mais malheureusement, ces images ne naissent pas, ou bien seulement pendant les dix dernières minutes du spectacle. Les trente premières sont complètement ratées et coupent toute possibilité au public de participer sereinement à l’expérience à venir. On voit une fausse fin d’opéra, de faux applaudissements (auxquels le public est ardemment convié) et une fausse rencontre de bords de plateau stupide, tout cela pour sélectionner une fausse spectatrice avec des questions sans intérêt.

L’écriture étouffe tellement la mise à feu, que quand le physique, l’utilisation du corps arrive enfin, il est noyé dans l’écho de torrents de mots de trop. Au lieu de l’exploration poético-apocalyptique très brièvement esquissée à la fin de la représentation, le voyage Dans le ventre de la ballerine s’avère un fatras bavard et inabouti. Pourtant, les choix esthétiques sont bien marqués et la création musicale est particulièrement riche et ambitieuse, mais ces bons ingrédients sont perdus dans une sorte d’indigestion verbale.

Hadrien VOLLE – www.sceneweb.fr

“Dans le ventre de la ballerine”
MISE EN SCÈNE : JEAN-BENOÎT MOLLET
DRAMATURGIE: DELPHINE LANSON
COLLABORATION À L’ÉCRITURE ET À LA MISE EN SCÈNE : CILLE LANSADE
AVEC : JÖRG MÜLLER, SARAH COSSET, CHIHARU MAMIYA, FABRICE SCOTT, LAURENT PARETI, OLIVIER GAUDUCHEAU, DELPHINE LANSON et JEAN-BENOIT MOLLET
CRÉATION SONORE ET LIVE : THOMAS TURINE
CONSTRUCTION: OLIVIER GAUDUCHEAU et DANIEL DOUMERGUE
SCENOGRAPHIE : GOURY
CRÉATION LUMIÈRE : ROMAIN DE LAGARDE
COSTUMES : RACHELE RAOULT
RÉGIE GÉNÉRALE : NICOLAS LE CLEZIO
ADMINISTRATION : DAMIEN MALET
PRODUCTION, DIFFUSION : FLORENCE BOURGEON
Production déléguée : Anomalie &…
Coproduction et accueil en résidence : Plateforme 2 pôles cirque en Normandie / La Brèche à Cherbourg et Cirque-Théâtre Elbeuf — Pôle National des Arts du Cirque de Normandie — Cherbourg-en-Cotentin, Le Monfort — Paris (Résidence avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile de France — Ministère de la Culture et de la Communication), Le Sirque — Pôle National Cirque de Nexon — Nouvelle Aquitaine, Agora —PNC Boulazac Aquitaine, Le Theater op de Markt (Dommelhof) — Neerpelt, Aide à l’écriture et à la production de l’association Beaumarchais-SACD, Aide à la création de l’ADAMI.
Soutiens à la résidence : CIRCA – Pôle National des Arts du Cirque de Midi-Pyrénées, La Gare Franche — Marseille, Château de Monthelon — Résidence d’artiste en Bourgogne. »
« Anomalie est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication / D.R.A.C Bourgogne-Franche-Comté — et reçoit en 2016 le soutien de la Ville de Paris, la Ville d’Auxerre et le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté. »
Durée : 1h25

Le Monfort Théâtre – Paris
Du 06 au 10 Juin 2017 – 20h30
Du 13 au 17 juin 2017 – 20h30

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *