Ode à l’Actrice

photo Jean-Louis Fernandez

Pascal Rambert a écrit Actrice pour les comédiens du Théâtre d’Art de Moscou, mais la pièce n’a jamais été jouée en Russie. Elle est donc créée pour la première fois en France au Théâtre des Bouffes du Nord avec Marina Hands en tête de distribution. On y célèbre la vie, la mort, les artistes et le théâtre. C’est parfois un peu désordonné et démonstratif.

Marina Hands en chemise de nuit sur un lit d’hôpital est entourée d’une forêt de vases remplis de fleurs. La scénographie est magnifique, des grands portiques de néons illuminent cette installation féerique. La famille d’Eugenia est à son chevet. Ses admirateurs sont à l’extérieur ; troublante image d’une artiste qui s’éteint au moment où tant d’acteurs de renom viennent de disparaître. Marina Hands n’a pas hésité une seconde à endosser ce rôle de cette actrice en fin de vie, elle qui vient d’accompagner dans la mort ces dernières semaines beaucoup d’acteurs qui étaient ses amis comme Jean Rochefort. Trop rare au théâtre, elle est totalement bouleversante.

Si la pièce n’a jamais été représentée en Russie, Pascal Rambert en a conservé l’âme russe ; un air Tchekhov plane sur le plateau avec des caractères de personnages bien trempés. Audrey Bonnet incarne Ksenia la sœur d’Eugenia, brutale et direct, elle est toujours aussi géniale. Le metteur en scène a réuni une distribution internationale aux multiples accents, ce qui complexifie parfois la compréhension du jeu de certains comédiens. Il aurait été intéressant que chacun s’exprime dans sa propre langue comme c’est le cas dans Les Oiseaux de Wajdi Mouawad. On aurait peut-être mieux apprécié le jeu du remuant suédois Jakob Öhrman qui incarne Pavel, le mari d’Eugenia ou celui d’Elmer Bäk, le mari de Ksenia, inconnu en France mais interprète principal du film de Peter Greenaway, Eisenstein in Guanajuato. Dans cette distribution foisonnante et diversifiée il y a de très belles surprises comme Yugming Hey, encore étudiant au Conservatoire et totalement troublant dans le rôle de l’infirmier.

On s’embrasse, on s’engueule, on chante, on vocifère tandis que la mort rôde autour de l’actrice. On fait même du théâtre. Avant qu’un dernier souffle n’emporte Eugenia, sa famille se livre à une pièce en quatre actes, une comédie criarde et loufoque qui met le bazar sur le plateau, comme si Pascal Rambert avait été dans un état second lorsqu’il l’a écrite.

Il y a dans cette pièce ce qu’on l’aime chez l’auteur ; les dialogues aiguisés en forme d’affrontements verbaux, comme celui bouleversant entre Marina Hands et Audrey Bonnet. Mais l’ensemble est alourdi par les réflexions de Pascal Rambert sur le théâtre et sur l’art qui donnent l’impression qu’il enfonce des portes ouvertes. Le spectacle perd pied et s’enlise, et l’on ressort avec la désagréable impression d’avoir assisté à une forme beaucoup trop hybride et désordonnée.

Stéphane CAPRON – www.sceneweb.fr

Actrices
Texte, mise en scène et scénographie Pascal Rambert
Texte et mise en scène et scènographie Pascal Rambert
Lumière Yves Godin
Costumes Anaïs Romand
Assistante à la mise en scène et directrice de production Pauline Roussille
Avec Marina Hands – Eugenia, Audrey Bonnet – Ksenia, Ruth Nüesch – Galina, Emmanuel Cuchet – Eugeni, Jakob Öhrman – Pavel, Elmer Bäck – Igor, Yuming Hey – Ivan, Luc Bataïni – Alexander, Jean Guizerix en alternance avec Pascal Rambert – Sergeuï, Rasmus Slätis – Stanislas, Sifan Shao – Artem, Laetitia Somé – Svetlana, Hayat Amiri – Roman, Lyna Khoudri – Yulia et Anas Abidar en alternance avec Nathan Aznar – Dimitri.
Production structure production et C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord
Coproduction Théâtre National de Strasbourg ; TNB Théâtre National de Bretagne à Rennes ; Les Célestins Théâtre de Lyon ; Le Phénix Scène Nationale Valenciennes pôle européen de création ; Bonlieu Scène Nationale Annecy ; Théâtre de Gennevilliers CDN ; Le Parvis Scène Nationale Tarbes-Pyrénées ; L’Apostrophe – Scène Nationale Cergy-Pontoise & Val d’Oise
Avec le soutien de l’Institut Français de Berlin et l’Institut Français de Finlande.
Le texte d’Actrice est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs
Durée: 2h15

Théâtre des Bouffes du Nord
Du 12 au 30 déc 2017

11 > 12 jan 2018
Bonlieu Scène Nationale / Annecy

16 > 17 jan 2018
Le Parvis scène nationale Tarbes Pyrénées

24 jan > 3 fév 2018
Théâtre National de Strasbourg

8 > 9 fév 2018
L’Apostrophe / Théâtre des Louvrais

13 > 17 fév 2018
Théâtre National de Bretagne / Rennes

6 > 10 mars 2018
Les Célestins – Théâtre de Lyon

21 > 23 mars 2018
La Comédie de Clermont-Ferrand

27 mars > 28 fév 2018
Le Phénix Scène Nationale Valenciennes

30 mars > 1er avr 2018
Stadsschouwburg Amsterdam

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Marina Hands et Audrey Bonnet dans Actrices de Pascal Rambert. Marina Hands et Pascal Rambert photo Pauline Roussille On a toujours envie de dire à un jeune acteur ou à une jeune actrice : « Prends une chaise et parle ». Et puis il y en a un qui prend une chaise et qui parle, et la vie est là. Ca, c’est l’art du théâtre. Ainsi, maintenant je suis revenu à quelque chose de très classique et de très modeste : écrire du théâtre. Je me confronte à l’écriture dramatique. C’est difficile d’écrire du théâtre aujourd’hui parce qu’on pourrait presque dire que tout a été fait. […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *