Le Birgit Ensemble fait de la géopolitique théâtrale


Photo Christophe RAYNAUD DE LAGE –

Julie Bertin et Jade Herbulot poursuivent leur questionnement sur l’Europe et proposent deux spectacles au Festival d’Avignon. Dans Memories of Sarajevo, elles retracent les années de guerre en Bosnie au cœur d’une Europe qui savoure les accords de Maastricht. Didactique, documenté et trop long.

Les chefs d’État européens trinquent au succès de l’Europe. Nous sommes le 7 février 1992. Le Traité de Maastricht est signé. Il marque la fondation de l’Union européenne. En habits d’apparat, les Rois, les Reines et les Présidents se noient dans l’ivresse du champagne. Ils chantent, tandis que surgit l’archiduc François-Ferdinand, ressuscité de son assassinat en1914. « Qui commande ? » demande-t-il aux Chefs d’État. Moment de flottement, ils se regardent désemparés. Rires dans la salle. Deux mois plus tard éclate la guerre en Bosnie-Herzégovine.

Un plan de la Bosnie-Herzégovine a été remis à chaque spectateur dans trois couleurs différentes. Bleu pour les serbes, jaune pour les musulmans, rouge pour les croates. Julie Bertin et Jade Herbulot utilisent des outils pédagogique et rendent accessible ce pan de l’histoire contemporaine de l’Europe. C’est très didactique ; du coup la théâtralité s’en ressent un peu. Les protagonistes du conflit se succèdent, Radovan Karadžić, Slobodan Milošević, Ratko Mladić…mais aussi David Owen le représentant de l’Union européenne qui porte le nom du plan de paix. On assiste à un cours d’histoire bien charpenté, un peu scolaire, mais on s’y retrouve.

Celui devient plus intéressant et plus théâtral lorsque le Birgit Ensemble raconte le quotidien des habitants de Sarajevo. C’est un bel hommage à ces victimes de la première guerre sur le sol européen depuis la victoire des alliés en 1945. Le peuple contre les politiques. Le peuple se cache dans des appartements dévastés par les bombes. Il survit, tente de continuer à faire la fête sous terre, à l’abri des combats. Des corps s’effondrent sur le sol avant que la voix de l’Europe ne soit incarnée par une chanteuse aux allures de Vierge noire. On ne peut que regretter la longueur du spectacle qui nuit à son efficacité.

Stéphane CAPRON – www.sceneweb.fr

Memories of Sarajevo
Conception et mise en scène Julie Bertin et Jade Herbulot / Le Birgit Ensemble
Musique Grégoire Letouvet, Romain Maron
Scénographie Camille Duchemin
Lumières Grégoire de Lafond
Vidéo Pierre Nouvel
Son Marc Bretonnière
Costumes Camille Aït-Allouache
Assistanat à la mise en scène Margaux Eskenazi
Avec Eléonore Arnaud, Lou Chauvain, Pauline Deshons, Pierre Duprat, Anna Fournier, Kevin Garnichat, Lazare Herson-Macarel, Timothée Lepeltier, Élise Lhomeau, Antoine Louvard, Estelle Meyer, Morgane Nairaud, Loïc Riewer, Marie Sambourg
Production Le Birgit Ensemble
Coproduction Festival d’Avignon, MC2 : Grenoble, Scène nationale d’Aubusson, Théâtre des Quartiers d’Ivry Centre dramatique national du Val-de-Marne, La Pop, La Comédie de Caen Centre dramatique national, TU-Nantes, Théâtre de Châtillon, Le POC d’Alfortville, Théâtre Gérard Philipe de Champigny-sur-Marne, Les Plateaux Sauvages (Paris), Copilote
Avec le soutien de la Drac Île-de-France, Conseil départemental du Val-de-Marne, Spedidam, SACD et pour la 71e édition du Festival d’Avignon : Adami, Spedidam
Avec la participation du Jeune théâtre national
durée 2h20

Festival d’Avignon 2017
9 10 11 | 13 14 15
JUILLET À 17H
GYMNASE PAUL GIÉRA
Tournée
Du 9 au 19 novembre La Manufacture des Oeillets au Théâtre des Quartiers d’Ivry
Le 25 novembre au POC d’Alfortville
Le 2 décembre au Théâtre de Châtillon
Le 12 décembre à la Scène Nationale d’Aubusson
Du 16 au 18 février 2018 au Grand T à Nantes
Les 3 et 4 mars à la MC2 de Grenoble

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *