Mohamed El Khatib fait le deuil de sa mère

Mohamed El Khatib crédit Fonds de dotation porosus

Mohamed El Khatib crédit Fonds de dotation porosus

Mettre en scène l’intime, la mort d’un proche, c’est le propos de ce spectacle qui est une mise en espace documentaire. Mohamed El Khatib a filmé et enregistré les derniers jours de sa mère à l’hôpital. Un spectacle très personnel.

Ce spectacle est avant tout un récit documenté. Mohamed El Khatib a accompagné sa mère jusqu’à son dernier souffle à l’hôpital. Il a consigné tout cela dans des carnets de notes et dans des enregistrements vidéo où il filme sa mère. On ne la verra qu’une fois sur une photo, sinon on entend le son de sa voix.

Finir en beauté” parle de la difficulté d’affronter la maladie et la vérité médicale. La mère de Mohamed El Khatib est atteinte d’un cancer mais on ne prononcera jamais ce mot dans la cellule familiale. Chacun peut donc s’y retrouver dans ce spectacle très personnel qui parfois peut déranger tant il puise dans l’intimité de cette famille marocaine émigrée en France dans les années 60. Mohamed El Khatib s’appuie sur beaucoup de documents pour retracer la vie de sa mère. Il donne même à chaque spectateur une photocopie de son acte de naissance en France et de l’acte de décès de sa mère.

Il parvient à distiller des moments plus léger lorsqu’il raconte les obsèques à Tanger, des moments burlesques qui dérident un peu l’atmosphère. Il raconte que l’orchestre joue comme un pied jusqu’au moment où lui donne du bakchich, que l’Imam envoie des textos pendant qu’il lit une sourate du Coran ou son père qui met du Typex sur la pierre tombale parce qu’il y a une faute d’orthographe.

Cet événement familial a bouleversé ses plans. Il devait écrire un spectacle sur la question de la langue maternelle. Cela s’est transformé en parcours intime que l’on peut poursuivre en lisant le texte dans un très joli petit ouvrage qui se consulte comme un carnet de notes.

Stéphane CAPRON – www.sceneweb.fr

Pour en finir en beauté
Texte et conception Mohamed EL KHATIB
Interprétation Mohamed EL KHATIB
Environnement visuel Fred HOCKE
Environnement sonore Nicolas JORIO
Régie Zacharie DUTERTRE
Editeur Solitaires intempestifs (France), L’L (Belgique).
Production Zirlib
Coproduction le Tandem Douai-Arras / Théâtre d’Arras ; Montévidéo – créations contemporaines (Marseille) ; le Théâtre de Vanves; le Centre Dramatique National Orléans / Loiret / Centre ; la Scène nationale de Sète et du Bassin de Thau.
Ce projet a reçu l’aide à l’écriture et à la production de l’Association Beaumarchais – SACD, le soutien à la création du Festival actOral, et le soutien du Fonds de dotation Porosus. Ce texte a bénéficié de l’aide à la création du CNT. Il a reçu une bourse d’écriture de la Région Languedoc Roussillon.
Zirlib est une compagnie conventionnée par le Ministère de la Culture – Drac Centre-Val de Loire, portée par la Région Centre, soutenue par la ville d’Orléans.
Artiste associé au CDN d’Orléans, Mohamed El Khatib est accompagné par L’L — Lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création (Bruxelles).

07/11/2016 > 26/11/2016 – Au Monfort en partenariat avec le Théâtre de la Ville (Paris)
05/12/2016 > 09/12/2016 – CDN de Normandie / Caen

2 réponses
  1. Karminhaka
    Karminhaka dit :

    On ne peut même pas dire de “Finir en beauté” – titre en lui-même qui écarte toute dimension tragique – qu’il est un monologue. Quand bien même Mohamed El Khatib est seul présent devant nous, cela ne vise pas pour autant à se raconter. Le centre, ce n’est pas lui, mais bien sa mère, dont il s’engage à retracer le portrait non chronologique, et qui fut atteinte d’un cancer du foie. En évitant dans son approche toute dramatisation larmoyante, El Khatib donne une incomparable légèreté à son témoignage.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Mettre en scène l'intime, la mort d'un proche, c'est le propos de ce spectacle qui est une mise en espace documentaire. Mohamed El Khatib a filmé et enregistré les derniers jours de sa mère à l'hôpital. Un spectacle très personnel.  […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *